La méthode 42

Avec 42 Luxembourg, l’informatique ne s’apprend pas dans un amphi : les enseignements sont pratiques et reposent sur des principes de partage, de collaboration et d’entraide.

L'ambition

UNE FORMATION ANCRÉE DANS LA RÉALITÉ

À l’opposé des formations courtes, spécialisées dans un domaine ou un langage qui peut devenir obsolète en quelques mois, 42 Luxembourg permet d’affronter avec sérénité les changements technologiques tout au long de sa carrière. La méthode 42 repose sur “apprendre à apprendre”. C’est la capacité à s’adapter et à trouver des solutions concrètes à des problèmes posés en se basant sur les connaissances et outils actuels.

La formation

Apprendre à apprendre

Apprendre ensemble: le peer-to-peer

Se dépasser à 42 Luxembourg, c’est nécessaire pour progresser. Toutefois, pour s’en sortir lorsqu’on est dans une impasse, le premier réflexe est de demander des conseils aux personnes autour de soi. Les projets réalisés en autonomie ou en groupe doivent être débattus puis corrigés par d’autres pairs qui n’ont pas forcément suivi la même progression. Ce sont des moments d’échanges où l’on doit expliquer ses choix. Ils permettent de consolider ses apprentissages personnels et d’apporter des connaissances à la communauté. L’intelligence collective, qui permet de faire émerger des bonnes pratiques et de faire progresser les groupes, a une place majeure à 42 Luxembourg.

Apprendre par la pratique

L’apprentissage à 42 Luxembourg demande de chercher des solutions concrètes aux problèmes qui sont proposés – plutôt que de devoir retenir par cœur des leçons sans aucune justification. Dès le premier jour, dès les premiers moments de la sélection d’entrée à 42 Luxembourg, la Piscine, il s’agit de réfléchir par soi-même en programmant sur un des ordinateurs mis à disposition. Bien entendu, on ne demande pas de savoir tout faire dès le premier jour : les erreurs et les échecs ne sont pas pénalisés. C’est grâce à eux que l’on peut apprendre et retenir des enseignements, bien mieux qu’en cours magistral. On a le droit de se tromper à 42 Luxembourg : cela permet de mieux réussir lorsqu’on réessaie, comme dans un jeu vidéo.

Apprendre en s'amusant

La progression de chacun et de chacune est personnalisée. Elle repose sur un système de points d’expérience et de niveaux, tout comme dans un jeu vidéo : c’est de la gamification. Il existe plusieurs manières d’atteindre 21, le niveau le plus élevé, et même de le dépasser. L’ambiance de travail, entretenue par les autres membres de la communauté, permet également une stimulation de groupe. Enfin, pour faire une pause, il est toujours possible de participer à l’un des nombreux événements organisés à 42 Luxembourg tout au long de l’année.

L'environnement de travail

Des campus à vivre

Pour apporter de la stimulation et concrétiser la méthode 42, le campus de 42 Luxembourg et de ses partenaires ont une exigence primordiale : faire vivre leurs bâtiment.

Campus ouvert

Lieu de vie, d’étude, d’expérimentation, d’émulation, et même parfois de découvertes artistiques.

Espaces larges

Pas de salles fermées et des parties communes valorisées pour se rencontrer et se détendre.

Apprentissage en continu

Les bâtiments sont ouverts 24h/24, 7j/7, tout au long de l’année.

Installations à la pointe

Travailler dans les meilleures conditions sans avoir à investir de l’argent personnellement.

Diversité et mixité

Un outil puissant au service de la créativité et de l’innovation qui n’est pas que juste éthiquement.

Historique

La création de 42

42 a été fondée en 2013 en France par Xavier Niel, fondateur et principal actionnaire d’Iliad. L’objectif principal était de soutenir l’économie en fournissant davantage de professionnels du numérique à un marché de l’emploi qui fait face à un cruel manque. Les cofondateurs, Nicolas Sadirac, Kwame Yamgnane et Florian Bucher, ont décidé d’apporter avec 42 une réponse puissante à ce problème : une école gratuite qui ne cherche pas à savoir d’où viennent les candidats et les candidates mais plutôt jusqu’où ils iront. En 2018, Sophie Viger devient directrice générale et décide de donner un nouveau souffle à 42 en développant le réseau et les partenaires internationaux. Elle décide également d’œuvrer pour la diversité à 42 en supprimant la limite d’âge supérieure ou encore en menant des actions dirigées pour plus de mixité et de diversité dans l’informatique.